- Forum de l'Association -

L'association Les Chroniques Tarnoisiennes organise des jeux de rôle grandeur nature de thème médiéval fantastique en région dijonnaise. Notre but est de promouvoir le GN en Côte d'Or en organisant plusieurs GN par an et en multipliant les rencontres.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nanar,l\'ombre...

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 13/09/2008
Age : 27
Localisation : Plombiéres les dijon

MessageSujet: L'histoire   Dim 12 Oct - 21:01

L'Histoire Tarnoise


Le continent de Tarn se situe sur une planète à peu près ronde, dans un système solaire inconnu.
Mais cette grosse planète hébergerait des êtres humains, sur un vaste continent qu'on appelle Tarn. On dit que lorsque les Divinatoss façonnèrent Tarn, ils la coupèrent en deux.
Une moitié du continent vénérait les Divinatoss et l'autre moitié était contrainte de vivre en adorant les Lokujinn, divinités démoniaques.
La terre que les Divinatoss donnèrent à leurs fanatiques humains était riche et fertile tandis que celle où les partisans des Lokujinn vivaient n'était que désert de cendre, non fertile et pauvre.
Séparer ces deux continents provoqua une déchirure psychique qui fit apparaître une autre forme de vie dans une petite région dans le nord de Tarn.
Trois races dominaient alors Tarn. A l'ouest les humains, à l'est les Barbares, et au nord les Vampires...
C'est huit cent ans après la déchirure que les humains fondèrent un Empire dictateur, qui avait pour obstination de soumettre tout Tarn à sa coupe. Les Barbares furent maltraités, utilisés en esclaves pour bâtir villes et châteaux, et les vampires capturés et utilisés en bêtes de foire pour les cirques...
Cet empire religieux gagnait en ampleur et puissance, écrasant tout sur son passage. La seule chose que pouvait craindre cet empire, c'était l'unification des clans barbares. On commença alors l'extinction des Barbares, tués et massacrés un par un.
En l'an huit cent cinquante deux, une révolte Barbare éclata et une armée vêtue de noir ravagea la ville de Sir Cleom, le neveu de l'empereur. La ville fut alors rasée en une nuit par des Barbares réclamant justice.
Un certain Berbus le Barbare, chef de tribu Barbare et héritier de l'ancien roi Barbare était le chef de cette révolte.
L'unification des clans Barbares était alors faite, et un demi million d'entre eux se prépara à une croisade de justice visant à détruire l'Empire. C'est alors que l'Empereur envoya une partie de ses forces défendre ses villes et villages, afin d’évacuer les civils qui auront étés par la suite rapatriés à Tarnac, la ville forteresse de l'Empire.
Mais le sursaut de cette révolte a aussi permit aux Vampires de jouer leur jeu. En effet, ces créatures hostiles, suceuses de sang, manipulatrices et calculatrices n'ont que des buts personnels. Les vampires ont toujours vécu à Tarn même à l'époque ou les Lokujinn marchaient sur ces terres.
Cette révolte les intéressait beaucoup, car elle leur permettrait de se servir des mortels comme pions pour réveiller un des démons d'antan.

En l'an huit cinquante trois, à Felaburg, la veille d'une grande bataille, dans le camp Barbare, un vampire s'introduisit dans le conseil de guerre que tenait Berbus devant ses généraux.
Le vampire leur parla d'une certaine Croix d'Immortalité, qui rendrait son porteur invincible et le ferait dominer tout Tarn.
Suite à cette rencontre, Berbus décida de partir à la recherche de cet artefact maudit. Il confia son armée à Tomazzu, son maître de guerre.
Une deuxième quête était lancée, dans l'ombre de tous, celle de la Croix d'Immortalité.
Ce n'est qu'en l'an huit cent cinquante quatre, dans une grotte perdue de Costahalten, que Berbus, accompagné de ses fidèles, trouva la Croix d'Immortalité, et ce avant les Inquisiteurs de l'Empereur. Cependant, un traître se cachait parmi eux, et Bradlock le Pourri tenta ainsi de tuer Berbus. Un combat s'engagea entre les deux hommes, Berbus triompha du traître et mit alors à son cou la Croix d'Immortalité.
Berbus pensait enfin pouvoir sauver Tarn de la main crochue de l'Empereur, mais lorsqu'il mit la Croix à son cou, une force démoniaque s'empara de son esprit fatigué. Cette force affamée voulait en faire un prince noir, un démon immortel, ancien gardien de la Croix.
Ce pouvoir confère à son porteur l'immortalité, mais aussi le droit de faire revenir l'armée des Lokujinn...

C'est une matinée d'été que le siège de Tarnac commença. L'armée Barbare commandée par Tomazzu attaquait le jour, sans répit, tandis que la nuit, Berbus et les siens prenaient le relais accompagnés des Vampires.
L'armée de l'Empire tenait bon, repoussant assaut après assaut. Tous les héros de l'Empire prirent part à ce siège terrifiant : Le Comte de Tarnac, Oliver le prêtre guerrier, Parazauer ainsi que Sir Cleom et l'Empereur.
Après une semaine de siège impitoyable, l'Empire devint inférieur en nombre et affamé, et décida donc de lancer un affrontement ultime à Berbus. Celui-ci accepta, et le reste de l'armée de l'Empire fut mobilisée pour un dernier carré face aux démons et aux vampires.
La bataille fut d'une violence rarissime. Au bout de quelques minutes de mêlée, Berbus affronta enfin les héros de l'Empire, et un combat titanesque débuta alors.
L'aube se lève. Berbus le Démon gît au sol, mort, ainsi que les héros de Foster qui sont mort pour leur patrie. L'armée Barbare a disparu, elle s'était retirée dans la nuit…

Vindigni Bernard ,fondateur de ce reve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Forum de l'Association - :: Historique :: Histoire de Tarn-
Sauter vers: